Et si nous développions la permaculture psychique ?
> Nos sociétés industrielles ont su développer une agriculture industrielle qui si elle donne l’impression de nourrir une partie de l’humanité, est responsable de la destruction de la vie à cause de la pulvérisation de produits chimiques toxiques, la pratique de labours profonds, la destruction des haies.
> En réaction à ce modèle, depuis des décennies des esprits ouverts, Fukuoka, Mollison, etc. ont proposé une alternative respectueuse de la vie : la permacutlure. Elle est aujourd’hui sortie d’un cercle restreint de chercheurs et nous laisse entrevoir la possibilité de nourrir les hommes tout en respectant la nature.
> Si nous prenons soin de notre jardin terrestre pour en respecter tous les êtres vivants et toutes les plantes, nous pouvons agir de même avec notre nature intérieure. Dans un jardin, il n’y a pas de mauvaises herbes, il y a des plantes bio-indicatrices, qui ont leur sens. Dans le psychisme humain au lieu de rejeter les pensées et les émotions, il s'agit d'en analyser leur nature. Si elles sont névrotiques, elles sont alors transformées par le processus d'alchimie émotionnelle. Et pourtant depuis des millénaires les cultures humaines nous ont appris qu’il y avait des émotions et des pensées négatives, que nous devions combattre.

> Tout comme l’humain est capable de forcer la nature à produire des légumes, des fruits ou des céréales en éliminant et détruisant ce qui le dérange, à l’aide de produits chimiques toxiques nous avons appris à nous forcer à être conforme à des modèles. Nous pouvons retrouver ou développer le contact avec notre nature intérieure, pour avoir confiance en nous, développer des relations harmonieuses ou oser s’accomplir.

Et si nous pensions ?

> Nous sommes des êtres pensants, pourtant il arrive que nos pensées tournent en rond et nous ruminons incapable de trouver une issue à nos difficultés.

> Il nous est alors proposé de faire le vide, d’être zen, d’arrêter de penser ou d'être positif. Nous n’avons alors plus le droit d’avoir peur ni d’être triste ou en colère, nous devons être heureux. Pour que cette dictature du bonheur obligatoire fonctionne, nous devons croire que penser est dangereux et que notre "mental" est un problème. Que serait une société où les individus ne penseraient plus ?

> Nos ruminations sont le résultat de nos émotions refoulées, issues d'un passé mal digéré, qui génèrent souffrances et mal être. Or pour penser de manière inspirée, nous avons besoin de les guérir. La nature nous a doté d'un processus naturel qui permet de transformer nos émotions perturbatrices (peur, colère et tristesse) en sagesse, puissance et joie. En l’utilisant nous pouvons penser à la fois de façon logique et intuitive, car nous levons les blocages qui nous empêchent de nous relier à la source de notre être.

> Nous sommes fait pour penser et réfléchir et notre nature profonde est positive. Nous n’avons pas à nous forcer à être positif, mais à retrouver notre essence véritable. Elle est alors le moteur pour attirer à nous les moyens de réaliser notre légende personnelle, et créer d’un monde viable, vivable, fraternel et équitable.

Découvrez le lors des prochains stages.

 

- Il n'y a pas de "bonne fessée"

- Comment créons nous la cécité émotionnelle

 par Alice Miller : à lire ici